American Environmental Testing Lab

64
American Environmental Testing Lab
American Environmental Testing Lab is listed in the Air Quality Measuring Service category in Spanish Fork, Utah. Displayed below is the only current social network for American Environmental Testing Lab which at this time includes a Facebook page. The activity and popularity of American Environmental Testing Lab on this social network gives it a ZapScore of 64.

Contact information for American Environmental Testing Lab is:

Spanish Fork, UT 84660
(801) 266-7111

"American Environmental Testing Lab" - Social Networks

Click to visit the social networks of American Environmental Testing Lab:
64
American Environmental Testing Lab has an overall ZapScore of 64. This means that American Environmental Testing Lab has a higher ZapScore than 64% of all businesses on Zappenin. For reference, the median ZapScore for a business in Spanish Fork, Utah is 43 and in the Air Quality Measuring Service category is 28. Learn more about ZapScore.

Do you own or manage this business? Click here to claim the American Environmental Testing Lab listing and add social networks, logos, descriptions and more.

American Environmental Testing Lab Contact Information:

Social Posts for American Environmental Testing Lab

AET Lens Arras Béthune shared AET's video.
Les AET entrent dans le monde 2.0, une petite explication des actions entreprises depuis quelques mois au sein de l'association des AET, lors du Congrès National de Tulle. (vidéo faite avec un smartphone coréen, pas au top en terme de rendu image, mais au moins pour ceux qui se posent la question de savoir pourquoi adhérer à l'association des AET, vous aurez enfin toutes les réponses -))))


AET Lens Arras Béthune shared a life event.
La défense n’a pas attendu le XXIe siècle pour devenir un ascenseur social offrant une chance d’évolution à chacun. Avant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les fils de sous-officier ou de soldat et de mère attachée à un Corps militaire, généralement en tant que blanchisseuse ou lavandière, suivaient leur famille avec la troupe. Très souvent, femmes et enfants étaient en charge de la logistique. Leur condition de vie n’était pas des plus enviée, baladés au grès des garnisons et des campagnes militaires. Rien ne les préparait à un avenir professionnel certain. Au sein même de l’armée, s’il existait des écoles d’officiers pour les fils d’officiers et les jeunes nobles, aucune école militaire n’ouvrait ses portes aux enfants de sous-officiers ou de soldats. Tout change le 1er mai 1766 avec une ordonnance de Louis XV. Le roi demande à ce que deux postes soient ouverts aux enfants de la troupe dans chaque compagnie ou escadron de chaque régiment de l’armée royale. Dès l’âge de deux ans, (oui, deux ans…), un enfant de soldat ou de sous-officier pouvait être admis à ces postes, « sous la surveillance directe d’un officier du Corps, nommé à cet effet par le Chef de brigade » peut-on lire à l’article VIII de l’ordonnance. Une reconnaissance et un avenir assuré pour ces enfants qui pourront être soldés dès l’âge de 6 ans. Pendant ces années, ils seront apprentis d’un maître-ouvrier ou apprendront la musique. A partir de leur 16e année, ces enfants « seront admis à contracter un enrôlement volontaire […] et jouiront de la solde entière […] », indique l’article IX. Vingt ans après cette ordonnance, une école d’éducation militaire pour cent enfants de soldats est créée aux Invalides. En 1800, Bonaparte, Premier Consul, consacre l’appellation « enfant de troupe » dans un arrêté, pour les garçons âgés de 13 à 18 ans. Un enfant de troupe devient pupille de la Nation au décès de son père, militaire. En juillet 1884, les postes d’enfants de troupe dans les régiments sont supprimés, six écoles militaires préparatoires sont créées pour les accueillir. En 1974, ces écoles se transforment en collèges militaires avant de devenir, en 1982, les lycées militaires qui accueillent alors garçons et filles. La dénomination « enfant de troupe » existe encore aujourd’hui et désigne les élèves issus des lycées et collèges militaires. Leur devise est « pour la Patrie, toujours présents ». Au lycée militaire d’Autun, vous pourrez visiter le musée national des enfants de troupes, entretenant la mémoire de toutes les écoles. Auteur : Cne Flora C/DICOD « L’arrêté du 7 thermidor an VIII formalise la condition des enfants de troupe et des femmes à la suite de l’armée. 2 enfants par compagnie sont admis à la solde à partir de l’âge de 12 ans. Ils occupent les fonctions de musiciens ou d’apprentis auprès des maître-ouvriers. 4 femmes sont affectées par bataillon comme lavandières ou vivandières ».